Découvrir la GLTF

En 2011, de nombreux frères qui n’attendaient plus rien de leur Obédience au sein de laquelle la matérialité avait triomphé à tous les niveaux, ont décidé de sauter le pas et de créer une nouvelle Grande Loge.

En tant que francs-maçons, nous avions un droit absolu : celui de pouvoir choisir notre avenir. Autour de l’ancien Grand Maître Provincial de la Province de Massilia et de ses anciens Officiers demeurés fidèles, des groupes de travail ont été chargés de poser les fondements d’une nouvelle Grande Loge répondant aux aspirations majoritairement exprimées dans diverses provinces françaises entrées depuis 2011 en dissidence.

Le 23 juin 2012 à Aix-en-Provence, en présence de 300 frères fondateurs, la Grande Loge Traditionnelle de France a vu le jour.

      

Cette Grande Loge, nous la voulons, avant tout, en parfaite adéquation avec les critères de la régularité maçonnique. Elle travaille selon principes fondamentaux de la régularité, dans le respect absolu de la tradition.

Le Grand Architecte de l’Univers, qui est Dieu, préside à nos travaux. Elle respecte scrupuleusement les Landmarks et les Anciens Devoirs éclairent notre route. Les usages et traditions de l’Ordre sont nos guides et la règle en 9 points est inscrite au frontispice de nos constitutions. Et si nos pratiques régulières nous valent certaines reconnaissances internationales, nous les recevrons avec bonheur, sans pour autant en faire notre priorité.

 

Cette Grande Loge, nous la voulons plurielle dans l’exercice de ses fonctions rituelles. Tous les Rites y sont pratiqués dans leur plus stricte orthodoxie. La pluralité des Rites est une richesse que nous saurons préserver. Comme nous saurons préserver le bonheur de vivre ensemble, au-delà des particularités attachées à chacun de ces Rites. Chaque frère peut selon ses aspirations profondes, poursuivre sa route vers le but ultime commun, en empruntant la voie la mieux adaptée à sa personnalité.

Cette Grande Loge, nous la voulons fraternelle et solidaire, soucieuse du bien-être de ses membres. Au-delà des clivages, au-delà des chapelles, c’est la grande famille des Maçons réunie qui est l’objet de toutes nos attentions.

Cette Grande Loge, nous la voulons proche des hommes qui la composent et conviviale. Plus jamais les frères ne seront confrontés à un pouvoir centralisateur inamovible qui décide pour eux, sans les consulter. La vraie Maçonnerie ne peut se concevoir dans les allées du pouvoir, à Paris ou ailleurs.

Le creuset de la vraie Maçonnerie, c’est la loge. Là où naissent, vivent et grandissent les Maçons. Ce sont ces loges et leurs Vénérables Maîtres que nous replaçons au centre du dispositif. Rien désormais ne pourra se faire en dehors du vouloir des loges qui disposent d’une large autonomie en matière de gestion, d’organisation, de finances. Depuis trop longtemps, on nous dit que les Vénérables Maîtres sont les véritables chefs de l’Ordre. Sans pour autant donner une suite visible à cette affirmation. Notre intention est d’en faire maintenant une réalité.

Cette Grande Loge, nous la voulons juste, sage et humble, respectueuse des valeurs que nous enseignent nos rituels. Nous la voulons totalement détachée de la matérialité, désormais considérée comme accessoire, en aucun cas comme finalité. Nous la voulons raisonnable et mesurée, dans ses intentions, dans ses déclarations, dans ses actes.

Dès lors, le règne de l’être remplace celui du paraître. Seul le mérite pourra être retenu comme critère d’avancement au sein de l’Ordre.

Cette Grande Loge, nous la voulons en fait à l’image et à la hauteur de ce que nous sommes venus chercher en entrant en loge.